bursa escort bayan bursa escort bayan bursa escort bayan bursa escort bayan bursa escort bayan bursa escort bayan
rus escort istanbul escortları ataköy escort şirinevler escort ümraniye escort beylikdüzü escort
sakarya escort kocaeli escort escort bayan bodrum bodrum bayan escort
illegal bahis
porno indir porno hd sex türkçe porno türbanlı porno



Aylan et Ghalib, 3 et 5 ans, fuyaient la guerre en Syrie

Tarih: 03-09-2015 20:26:02


Le corps sans vie du petit garçon retrouvé sur une plage turque fait la une de nombreux journaux européens ce jeudi.


Aylan et Ghalib, 3 et 5 ans, fuyaient la guerre en Syrie

Aylan, 3 ans, son frère aîné Galip, 5 ans, sont montés à bord d’une embarcation de fortune avec 16 autres personnes dans la nuit de mardi à mercredi. La ville d’Akyalar, au sud-ouest de la Turquie, d’où ils sont partis, n’est séparée que par une vingtaine de kilomètres de l’île grecque de Kos, point de départ de leur nouvelle vie. Loin de la ville syrienne de Kobané qu’ils ont fui. Une ville assiégée puis occupée par les soldats de l’État islamique avant d’être complètement libérée il y a quelques semaines. Là-bas, tout n’est aujourd’hui que ruines.

Après cinq kilomètres de navigation, le bateau chavire, ne laissant aucune chance aux cinq enfants. La maman de Aylan et Galip, Rihan, 35 ans, a également perdu la vie. Leur papa, Abdullah, n’a pas réussi à sauver sa famille et est arrivé épuisé sur le rivage tandis que la mer crachait le corps de son tout petit garçon, devenu le symbole du drame des réfugiés syriens. Depuis le début de l’année, plus de 2 600 personnes ont péri en tentant de traverser la Méditerranée.

 

«La photo qui fait taire le monde»

 

Fallait-il ou non publier la photo de ce petit garçon dont la vie s’est arrêtée en Mer Méditerranée dans la nuit de mardi à mercredi? Il y a sans doute eu de nombreux débats dans les rédactions mercredi soir mais elle figure en une de nombreux quotidiens européens. «Toute petite victime d'une tragédie humaine», titre ainsi jeudi le Daily Mail sur une photo montrant un policier turc portant le cadavre de l'enfant. «Insoutenable», juge de son côté The Mirror. «Si ces images extraordinairement fortes d'un enfant syrien rejeté sur une plage ne modifient par l'attitude de l'Europe vis-à-vis des réfugiés, qu'est-ce qui le fera?», interroge The Independent.

En Italie, le quotidien La Repubblica a tweeté «La photo qui fait taire le monde», et en Espagne, El Pais en faisait le «symbole du drame migratoire», tandis qu'El Periodico titrait sur le «Naufrage de l'Europe». «Certains disent que l'image est trop offensante pour être partagée en ligne ou imprimée dans nos journaux», écrit dans une tribune Peter Bouckaert, directeur pour les situations d'urgence de HRW. «Mais ce que je trouve offensant c'est que des corps d'enfants noyés viennent s'échouer sur nos rivages, alors que l'on aurait pu en faire plus pour leur sauver la vie», a-t-il ajouté, expliquant avoir lui-même longtemps hésité avant de tweeter la photo du corps d'Aylan Kurdi.




Kaynak: euroturknews.com

Bu haber 1780 defa okunmuştur.

Etiketler :

FACEBOOK YORUM
Yorum

DİĞER FRANÇAIS Haberleri

ÇOK OKUNAN HABERLER
HABER ARŞİVİ
HAVA DURUMU
HABER ARA
resmi ilanlar
YUKARI